Virginia Woolf & moi

Après 3 longues heures sans entracte, j’ai quand même fini par comprendre que Perséval n’était pas un des acteurs, pas plus le vieux qui passait de temps à autre, qui lui représentait « Néville » en vieux, que le grand dadet qui lui s’appelait en fait Bernard. Perseval, c’est un peu le Godot de l’autre pièce…

J’ai aussi appris que S. et sa mère, pendant ce temps-là, étaient en train de boire des coups à Gobelins. Merci les filles !

Publicités

A propos jenesuispasmonique

Monique or not Monique ?
Cet article, publié dans La vie de Monique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Virginia Woolf & moi

  1. Le clown dit :

    Perceval t’a mise à mal.

    Wool aurait du s’inspirer du Chrétien de Troyes,
    et au lieu que les heures ne se cumulent à trois,
    de laisser inachevée l’œuvre littéraire,
    pour te laisser déguster ces quelques bières.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s